Chirurgie laser de la vision

Appelez maintenant !
01 53 10 10 00

6 rue de la grande chaumière
75006 Paris


Votre devis en ligne !
Âge
Anomalie de la vision

Les complications

Liste des complications, statistiquement les plus rencontrées, pouvant survenir pendant ou après une intervention, sans qu’il soit possible de détailler tous les risques potentiels. Ces complications nécessitent un geste adapté qui en limite la plupart du temps les conséquences.

Complications en cours d’intervention liées à la création du lenticule de cornée dans le cadre du ReLEx-Smile

Extrêmement rares grâce à une bonne compréhension de ce que le patient va voir et ressentir.

Perte de contact du cône sur la cornée pendant le traitement
Remise en place du système et poursuite du traitement si la perte de contact est tardive pendant le déroulement du laser.
Si la perte de contact est précoce dans l’avancée du traitement laser, soit abandon de la procédure et reprise dans les mois qui suivent, soit changement de méthode opératoire (Lasik ou PKR possibles).

Complications en cours d’intervention liées à la création du volet cornéen dans le cadre du lasik

Extrêmement rares depuis l’utilisation du laser Femtoseconde.

Perte de contact du cône sur la cornée
Remise en place du système et donc poursuite du traitement.

Problème de taille ou de centrage du volet
Le traitement réfractif au laser Excimer n’est pas réalisé. Reprise chirurgicale avec création d’un nouveau capot dans les mois qui suivent.

Complications en cours d’intervention PKR

Quasiment aucune anomalie ne peut intervenir lors de cette technique opératoire.

Complications post-opératoires précoces

Déplacement du volet cornéen (uniquement dans le cadre du Lasik)
Reprise avec remise en place du volet. La prévention repose sur le respect des indications de sécurité.

Débris de matières cornéennes ou autres sous le volet (dans le cadre du Lasik ou du ReLEx-Smile)
Ils glissent parfois sous le volet en fin d’intervention ; lorsqu’ils sont minimes et n’affectent pas la vision, ils peuvent être laissés en place, sinon reprise avec rinçage de l’interface.

Réaction inflammatoire ou kératite lamellaire diffuse
En fonction de son importance, traitement par collyres adaptés sinon reprise avec ablation de la membrane inflammatoire et rinçage de l’interface.

Infection de la cornée
Exceptionnel, car l’acte chirurgical est réalisé dans un bloc opératoire dédié avec le respect strict des protocoles d’asepsie et l’utilisation exclusive de matériel jetable à usage unique. Traitement par antibiotiques.

Érosion ou défect épithélial (dans les cas de Lasik ou de ReLEx-Smile
Beaucoup plus rares depuis l’utilisation du laser Femtoseconde et survenant plutôt chez les patients âgés. L’épithélium peut se détacher en cas de fragilité et entraîner une érosion plus ou moins importante, source d’irritation ou de douleurs. Le traitement consiste à mettre une lentille pansement de contact.

Sécheresse oculaire (dans les cas de Lasik, de PKR, et risque très modéré dans les cas de ReLEx-Smile)
Assez fréquente, la plupart du temps régressive sur un ou plusieurs mois,traitement par collyres hydratants et lubrifiants, voire mise en place de « bouchons » au niveau du point lacrymal.

Halos lumineux nocturnes, éblouissement
Le plus souvent temporaires, ces complications ont nettement diminué avec les programmes de traitement des lasers Excimer de dernière génération.
En cas de gêne importante, possibilité d’un retraitement basé sur l’analyse des aberrations cornéennes par la technique du Wavefront.

Sensibilité à la lumière
Le plus souvent temporaires, régressant avec le temps.

Fluctuation visuelle
Fréquentes et rarement très gênantes, stabilisation en principe rapide.

Complications post-opératoires plus tardives

Sous correction
Il ne s’agit pas d’une réelle complication, mais d’une éventualité qui peut survenir dans les traitements de fortes corrections optiques. En cas de gêne visuelle manifeste, une « retouche réfractive » est possible en soulevant à nouveau le volet cornéen dans les cas de Lasik. Cette reprise est effectuée après un nouveau bilan de la cornée pour s’assurer que son état et notamment son épaisseur le permet. Dans les cas de ReLEx-Smile ; plusieurs méthodes existent ; soit la transformation en Lasik, soit la PKR.

Sur correction
Encore plus rare, mêmes options thérapeutiques que pour la sous correction.

Régression
La diminution progressive d’une bonne acuité obtenue après chirurgie est parfois due à une réaction cicatricielle de la cornée. Elle survient plus volontiers dans le cadre du traitement de fortes corrections optiques. Le traitement repose sur une reprise chirurgicale après évaluation de la cornée.

Opacité cornéenne ou « haze »(dans les cas de PKR)
Après une intervention par PKR, il existe toujours une réaction inflammatoire de la cornée, liée aux impacts du laser Excimer. Cette réaction normale ne gêne pas la vision, se traite par des collyres anti-inflammatoires et régresse. En cas réaction importante entraînant un « haze » dense, le traitement doit parfois être poursuivi sur plusieurs mois. Le risque de « haze » augmente avec l’importance de la myopie traitée.

Invasion épithéliale (dans les cas de Lasik ou de ReLEx-Smile)
Cette complication est due au passage de cellules épithéliales de la cornée sous le volet cornéen. Le plus souvent il s’agit de micro-invasions siégeant à la périphérie du volet, pouvant régresser et n’affectant ni l’acuité visuelle, ni l’adhérence du volet au stroma sous-jacent. Le risque est lié à la croissance de ces cellules à croître, ce qui peut entraîner un amincissement du volet avec induction d’un astigmatisme et une baisse de la vision. Le traitement dépend de l’aspect évolutif de l’invasion épithéliale et en cas de progression et de risque pour la stabilité du volet cornéen, il est pratiqué une reprise chirurgicale pour retirer l’ensemble des cellules responsables.

Ectasie cornéenne
Il s’agit d’une affection cornéenne évolutive extrêmement rare survenant après un LASIK. Elle entraîne une baisse de vision liée à une augmentation importante et progressive de la courbure cornéenne. Cette complication pourrait être due à un amincissement trop important de la cornée après traitement. Le traitement est d’abord préventif, il repose sur le bilan pré opératoire approfondi détectant les cornées trop fines ou irrégulières faisant craindre une pathologie fruste qui pourrait alors se décompenser après un LASIK. Ces cornées dites « à risques » ne doivent pas être opérées. Cependant, malgré ces précautions pré opératoires, lorsque cette complication survient, le traitement repose en dernier recours sur une greffe de cornée pour améliorer la vision.

Partager :
Taille du texte fontsizedown fontsizedown